Le monothéisme et l'avènement de l'Islam. L'initiation aux piliers de la Foi et ceux de l'Islam. Les vertus de la Foi et de la Dévotion. Les adorations et les invocations d'Allah (SWT). La Biographie du Prophète Mouhammed (SAWS) et les Hadîth.

Islam, ... Les préceptes fondamentaux

Le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Le jeûne préserve de l’Enfer comme un bouclier au combat ». Hadîth rapporté par Ahmed.

Allah (SWT) a dit : « Ô les croyants ! On vous a prescrit Assiyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété, (183) pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’ (avec grande difficulté), il y a une compensation: nourrir un pauvre. Et si quelqu'un fait plus de son propre gré, c’est pour lui; mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez ! (184) (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. - Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants! (185) Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi.. Alors Je suis tout proche: Je réponds à l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu’ils répondent à Mon appel, et qu’ils croient en Moi, afin qu’ils soient bien guidés. (186) On vous a permis, la nuit d’Assiyâm, d’avoir des rapports avec vos femmes; elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles. Allah sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos femmes. Il vous a pardonné et vous a graciés. Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce qu' Allah a prescrit en votre faveur; mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu'à la nuit. Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les mosquées. Voilà les lois d' Allah: ne vous en approchez donc pas (pour les transgresser). C’est ainsi qu' Allah expose aux hommes Ses enseignements, afin qu’ils deviennent pieux! (187) ». (S.2, v.183 à 187).

Les mérites du jeûne du mois de Ramadan :

Il est un repos qu'on assigne à l'appareil digestif, il débarrasse le corps de parasites, assainit les intestins...

Du mérite du jeûne du mois de Ramadan, le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Qui jeûne le mois de Ramadan avec foi en comptant sur la récompense divine, ses péchés lui seront pardonnés ». Hadîth rapporté par El-Boukhârî et Mouslim.

La Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Allah à Lui la Puissance et La Gloire a dit : "... A l'exception du Jeûne qui M'appartient et c'est Moi qui accorde la récompense, car le serviteur jeûneur abandonne pour moi sa nourriture et son désir. Le jeûneur a deux joies : Lorsqu'il rompt son jeûne, il se réjouit, et lorsqu'il rencontre Son Seigneur, il se réjouit d'avoir jeûné. L'haleine du jeûneur est plus parfumée auprès de Dieu que l'odeur du musc" ». Hadîth rapporté par Mouslim.

‘Abdallah Ibn ‘Oumar (RA) rapporte : ‘’L'envoyé d'Allah (SAWS) a dit’ : « Le Jêune et le Coran intercèderont en faveur du serviteur le Jour de la Résurrection. Le Jêune dira : "Ô Mon Seigneur ! Je l'ai empêché de se nourrir et de satisfaire son désir, prends moi donc comme intercesseur en sa faveur.’’ Et le Coran dira : "Je l'ai empêché de dormir la nuit, prends moi donc comme intercesseur en sa faveur.’’ Et ils intercèderont ». Hadîth rapporté par Ahmed.

La Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Celui qui jeûne un jour pour l'amour d'Allah sera éloigné du feu d'une distance parcourue en 70 années ». Hadîth rapporté par El-Boukhârî et Mouslim.

Le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Lorsque vient le mois de Ramadan, les portes du Paradis sont grandes ouvertes, les portes de l'enfer solidement fermées et les démons soigneusement enchaînés ». Hadîth rapporté par El-Boukhârî

Le jeûne du mois de Ramadan constitue le quatrième des cinq piliers de l'Islam. L'obligation de jeûner a été instaurée pour les Musulmans dans la seconde année de l'Hégire par la révélation du verset cité ci-dessus. Siam (jeûne) en arabe signifie s'abstenir, se retenir de... Appliqué à la religion, le mot "Siyâm" (jeûne) a pris le sens de renoncer par piété à tout ce qui est considéré comme étant susceptible de rompre le jeûne c'est à dire de manger, boire avoir des rapports intimes, un mauvais caractère ou comportement et cela depuis l'apparition de l'aube jusqu'au coucher du soleil.

Le Jeûne n'est nullement une nouveauté pour l'Islam car comme le souligne, ci-dessus, le verset 183 de la Sourate 2, les confessions religieuses précédentes l'accomplissaient. Au tout début de l'ère islamique, les Musulmans jeûnaient trois jours par mois puis ils cessèrent cette pratique dès que le Ramadan fut institué. Le jeûne se fait en un temps déterminé durant le 9ème mois lunaire appelé "Ramadan". Il peut durer soit 29 ou 30 jours. Son premier jour est fixé à la vue de la naissance du croissant de lune (Hilâl). Allah (SWT) a dit : « Donc, quiconque d’entre vous constate (ou est témoin) de la naissance du mois (Ramadan), qu’il jeûne ! » (S.2, v.185)

Le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Si vous voyez la nouvelle lune, jeûnez, sinon complétez le mois présent jusqu'à 30 jours ». Ce qui signifie que les Musulmans doivent être alerté au soir du 29ème de Cha’bân (mois précédent Ramadan). Si le constat de la nouvelle lune ne se fait point, le Musulman considère le mois de Cha’ban à 30 jours. Il en est de même pour le constat de la nouvelle lune de Chawwâl (mois succédant Ramadan) afin de déterminer également la fin de ce mois sacré. A ce sujet, le Messager d'Allah (SAWS) a dit : « Ne jeûnez pas avant d'avoir vu la nouvelle lune, et ne rompez pas le jeûne avant de l'avoir vu. S'il vous est caché faites une supputation ». Hadîth rapporté par Mouslim.

Les actes fondamentaux du jeûne :

1. L’intention de jeûner.
2. L’abstinence.
3. Le respect du temps canonique du jeûne.

Le jeûneur devra émettre en son for intérieur l'intention de jeûner le mois de Ramadan. Certains savants recommandent d'émettre cette intention à chaque soir de Ramadan, d'autres par contre estiment que l'intention peut être dite une seule fois pour tout le mois et cela la veille de Ramadan sans la renouveler pour autant. Il s’agit de l’intention du genre d’invocation suivante : « Nawaytou An Assoûma Chahri Ramadana Lillâhi Imânan » (J'ai l'intention de jeûner le mois de Ramadan par foi en Allah). Cependant il est préférable d'émettre cette intention chaque nuit du Ramadan pour le lendemain. L’intention de jeûner pendant le Ramadan doit être prise la nuit avant l’aube, si non le jeûne n’est pas valide.

Voici l'invocation abrégée de la rupture quotidienne du jeûne. Lorsque le Prophète (SAWS) rompait une journée de jeûne, il disait : « Allahoumma Laka Soumtou Wa ‘Alâ Rizqika Aftartou » ( Ô Allah, pour Toi j'ai jeûné et grâce à Ta nourriture j'ai rompu [le jeûne]).

Le Ramadan n'est pas seulement l'abstention de nourriture, mais également une purification de son comportement à l'égard des autres. Il constitue la meilleure expiation des fautes commises durant l'année. Le Prophète (SAWS) a dit : « Qui jeûne le mois de Ramadan avec foi en comptant sur la récompense divine, ses péchés lui seront pardonnés ». Hadîth rapporté par El-Boukhârî et Mouslim.

Le jeûne du mois de Ramadan exerce le Musulman fidèle à la patience, l'auto-discipline et aide à fortifier la foi. Il habitue la communauté à la solidarité et à l'amour de la Justice, il suscite en elle la charité et la compassion. A ce sujet, le Messager d'Allah (SAWS) a dit : « La meilleure charité est celle accomplie pendant le mois de Ramadan ». Hadîth rapporté par Attirmidhî.

La portée du Jeûne :

Il suscite la fraternité et l'amour loin de tout égoïsme et de tout matérialisme. A travers ceci, nous voyons que le Ramadan exige beaucoup plus d'effort comme de s'exercer à la patience et à affermir sa volonté, à se libérer des habitudes quotidiennes, à s'habituer à la discipline alimentaire, à assainir le fonctionnement du corps, à s'habituer à l'honnêteté, à persuader de nouveau la sincérité de sa foi en Allah, à établir un lien étroit avec Allah et le Jour du Jugement, à consoler les nécessiteux et à éviter les mauvaises paroles ou le mauvais comportement et nous comprenons pourquoi le Messager d'Allah (SAWS) a dit : « Toute chose a une aumône et l'aumône purificatrice du corps est le jeûne. Le jeûne est la moitié de l'endurance ». Hadîth rapporté par Ibn Mâdjah.

L’imam El-Ghazâlî énonce qu'il existe trois niveaux de Jeûne : celui du corps, de l'esprit et du cœur :

- Le Jeûne du corps en s'abstenant de manger, de boire et d'avoir des rapports sexuels de l'aube au coucher du soleil.
- Le Jeûne de l'esprit par l'abstention des péchés de l'ouïe, de la vue et de la parole afin de se rapprocher d'Allah et d'avoir une conscience plus aiguë du mal pour l'éviter.
- Le Jeûne du cœur en s'écartant de toute préoccupation de la vie terrestre pour que chaque pensée aille vers Allah (SWT). C'est le modèle de Jeûne des Prophètes, des Justes et des alliés d'Allah (SWT).

Qui doit jeûner ?

Tout Musulman des deux sexes ayant atteint la puberté et jouissant de ses facultés mentales et d'une santé normale.

Ceux qui sont dispensés du jeûne :

Allah (SWT) a dit : « Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’(avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui ; mais il est mieux pour vous de jeûner ; si vous saviez ! ». (S.2, v.184).

- Le malade chronique et incurable dont le cas s'aggraverait par le Jeûne. Celui qui rompt le Jeûne car il lui est pénible de l'observer (par exemple une personne atteinte d'une maladie chronique) devra pour chaque jour non jeûné nourrir un pauvre ou verser l'équivalent en aumône.
- Le combattant dans la voie d’Allah qui verrait sa combativité diminuer par le Jeûne.
- La personne très âgée que le Jeûne pourrait affaiblir.
- Celui qui a perdu la raison.
- Le voyageur à plus de 80 kilomètres.
- La femme en périodes de menstrues ou de lochies : Elle doit impérativement rompre son jeûne pour le compenser ultérieurement à l’inverse de la prière qui n’est pas rattrapable dans ces conditions spécifiques
- La femme enceinte qui risque des complications en jeûnant
- La femme qui allaite un nourrisson car elle craint pour la santé de son bébé

Ceux qui ont rompu le Jeûne pour cause de maladie, de voyage, de grossesse, d'allaitement ou d'accouchement, devront jeûner plus tard le nombre de jours correspondants.

Qui doit réparer ?

Celui qui boit ou mange par mégarde ou croyant l'heure du Maghreb arrivé mange alors que ce n'est pas le moment, devra cesser immédiatement de manger et poursuivre jusqu'au Maghreb son jeûne. Par contre, il sera tenu de rattraper plus tard cette journée.

Les actes nécessitant une expiation :

Celui qui rompt le Jeûne volontairement sans aucun motif religieux valable (rupture d'un jour, rapport intime...) doit réparer pour chaque jour non jeûné, cette infraction selon les trois moyens suivants : il devra libérer un captif, s'il ne le peut pas, il devra jeûner deux mois successifs, plus un jour ou s'il ne peut pas jeûner ces deux mois, il devra nourrir 60 pauvres ou leur payer en argent l'équivalent de la nourriture prescrite.

Les moments d’interdiction du jeûne :

- Le jour du doute.
- Le jour de l'Aïd El-Fitr et de l'Aïd El-Adh-ha
- Pendant la période d'accouchement pour la femme.
- Pendant la période menstruelle pour la femme.
- Le jeûne continu jour et nuit pendant deux jours de suite ou plus.
- Le jeûne continu toute l'année.
- Le jeûne surérogatoire de la femme mariée sans le consentement de son mari s'il est présent.
- Les trois jours de Tachriq c'est à dire les 3 jours qui suivent l'Aïd El-Adh-ha.

L’annulation du jeûne :

- Quand on mange ou l'on boit ou l'on commet l'acte intime volontairement ou sous la contrainte.
- Quand on absorbe par voie orale un médicament.
- Quand on vomit volontairement.
- Quand on émet l'intention de cesser le jeûne même si on ne mange pas et on ne boit pas.
- Quand on apostasie et l’on embrasse de nouveau la foi.
- Quand advient les menstrues ou l'accouchement pour la femme.
- Le mauvais comportement flagrant dans la journée (forte colère, mauvaises paroles, mensonges...).
- L'émission de sperme suscitée par le regard continu, l'imagination, le baiser ou le toucher.

Concernant ces actes, il suffit de compenser les journées annulées par un jeûne compensatoire d’égal nombre de journées perdues.

Les actes autorisés pendant le jeûne :

- se rafraîchir avec de l'eau froide quand il fait chaud soit en se baignant ou en s'aspergeant.
- De voyager pendant le mois de Ramadan dans un but exempt de péché même en sachant que ce voyage nécessiterait la rupture du jeûne.
- De mâcher un aliment pour un bébé qui ne peut s'en passer et dont personne d'autre ne puisse le faire, néanmoins, il faut se garder d'en avaler.
- De se parfumer ou encenser ses habits (uniquement pour les hommes)

Les actes tolérés pendant le jeûne :

- Avaler sa propre salive même abondante.
- Le vomissement involontaire à condition qu'une fois arrivée à la bouche de n'en rien retourner à l'estomac.
- D'avaler involontairement quelque chose comme un insecte par exemple (mouche...).
- De subir l'effet de la poussière de la rue, des usines, de la fumée des combustibles et de toutes vapeurs inévitables

La prière dite Tarawîh :

La prière du Tarawîh se fait durant les nuits de Ramadan. Elle est une prière non obligatoire. Cependant, elle est d'un très grand mérite pour quiconque l'accomplit avec foi et conviction conformément au Hadîth suivant. Le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Celui qui fait les prières surérogatoires au mois de Ramadan (Tarawîh) en pleine foi et en ayant la conviction d'en être récompensé, ses péchés antérieurs lui seront pardonnés ». Hadîth rapporté par Mouslim.

A ce sujet, ‘Â’ichah (RA) a rapporté : "Une certaine nuit, l'Envoyé d'Allah (SAWS) fit une prière à la mosquée et les Musulmans firent la même prière. La nuit suivante, il fit de nouveau cette même prière et ils l'imitèrent. A la troisième et quatrième nuit, les fidèles se rassemblèrent (pour faire cette prière) mais l'Envoyé d'Allah ne se rendit pas à la mosquée. Le matin de la quatrième nuit, il leur dit (SAWS)’’ : « J'ai vu ce que vous avez fait. Ce qui m'a empêché de vous rejoindre, c'est que j'ai craint que cette prière ne devienne une obligation pour vous ». Hadîth rapporté par Mouslim.

Cette prière se compose de plusieurs Raka’âte séparées faites après la prière du ‘Ichâ. Ces Rakaâte peuvent aller de 8 à 36. Elles se font par pair. Le Prophète (SAWS) pria 8 Raka’âte durant la 23ème, 25ème et 27ème nuit de Ramadan. Le deuxième Calife ‘Oumar Ibn El- Khattâb (RA) pria 20 Raka’âte. ‘Oumar Ibn Abdelâziz (RA) l'un des Califes de la période Omeyyades priait 36 Raka’âte.

Zakât El-Fitr (ou l’aumône de rupture du jeûne du mois de Ramadan) :

Tout musulman ayant fait le jeûne de ramadan est tenu de s'acquitter de la zakat El-Fitr pour lui même et s'il a la charge d'une famille, pour chacun des membres de sa famille étant sous sa responsabilité.

A la fin du mois de Ramadan, le Musulman doit verser la Zakât El-Fitr. Ibn ‘Oumar a dit que le Messager d'Allah (SAWS) a rendu obligatoire Zakât El-Fitr comme suit : ‘’une mesure de datte (Sa') ou une mesure d'orge. Elle doit être versée par chaque Musulman esclave ou homme libre, homme ou femme, enfants ou adultes".

Le Messager d’Allah (SAWS) a également ordonné que cette aumône soit versée avant que le Croyant ne se rende à la prière de l'Aïd. Selon certains juristes, cette aumône peut être versée avant la fin du mois de Ramadan. Elle doit être l'équivalent d'un repas dans le pays concerné.

Par conséquent, chaque Musulman qui en a les moyens est tenu de payer la Zakat El-Fitr. Quiconque donne cette Zakât après la prière de l’Aïd sera considérée comme une simple aumône.

L’Aïd EL-Fitr (ou la fête de rupture du jeûne du mois de Ramadan) :

Le jeûne du mois de Ramadan se termine par une fête qui est l'une des principales fêtes religieuses de l'Islam et qui porte le nom de "Aïd El-Fitr" ou "Aïd Assaghîr" (la petite fête, par opposition à la grande fête liée aux rites du pèlerinage). C'est un moment de joie, de piété, de miséricorde et de pardon où il est recommandé d'aider les pauvres et les nécessiteux et d'oublier les rancoeurs.


Les types de jeûnes surérogatoires recommandés.

1. Le jour de ‘Arafât pour les non-pèlerins.

2. Le jour de ‘Âchoûrâ : C’est le jour où Allah (SWT) avait sauvé le Prophète Moûssâ (AA) contre l’attaque de Pharaon. Il correspond au 10 du mois de Mouharram. Il est recommandé de jeûner deux jours successifs, soit en priorité les 9 (Tassoû‘ah) et 10 (‘Âchoûrâ ) de ce mois ou à défaut le 10 et 11. Ce jeûne expie les péchés d’une année antérieure.

3. La première moitié du mois de Cha‘bân : Jeûner le maximum de jours possibles.

4. Les six jours du mois de Chawwâl : C’est le mois qui suit le mois de Ramadan. Celui qui jeûne le mois de Ramadan et six jours du mois de Chawwâl, est considéré comme il avait jeûné toute une année entière. C’est pourquoi, il est appelé le jeûne de toute la vie Il est à remarquer que le jeûne du seul premier jour de Chawwâl est prohibé car il correspond à la fête musulmane de rupture du jeûne. Selon ’Aboû ’Ayyoub, Le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Celui qui a jeûné le mois de Ramadan puis il l'a fait suivre de six jours de Chawwâl, c'est comme s'il avait jeûné tout le temps ». Hadîth rapporté par Mouslim.

5. Les six premiers jours de Dhoû-l-Hidj-djah : C’est la période qui devance le grand rassemblement du pèlerinage. Du mérite particulier de ces jours, le Prophète Mouhammed (SAWS) expliqua à ses compagnons (RA) que jeûner durant ces six jours, est meilleur que le combat dans le sentier d’Allah (SWT). Selon ’Ibn Abbâs (RA) le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Il n'y a pas de jours où les actions sont plus aimées d’Allah que ces jours (il voulait dire les dix premiers jours de Dhou-l-Hidj-djah) ». Ils disent : ‘’Ô Messager d’Allah ! Pas même le combat au service d’Allah ?’’. Il dit : « Pas même le combat au service d’Allah sauf s'il s'agit d'un homme qui sortit, offrant sa vie et son argent et revient avec aucun des deux ». Hadîth rapporté par El-Boukhârî et Mouslim.

6. Le mois de Mouharram : Jeûner le maximum de jours possibles.

7. Les trois jours de pleine lune de chaque mois lunaire : Ils correspondent au 13, 14 et 15 de chaque mois, excepté le mois de Ramadan. Tenant compte que chaque bonne œuvre est multiplié par dix, la récompense de trois jours de jeûne est donc de 30 jours. C’est pourquoi, ce type de jeûne est dit aussi le jeûne de toute la vie. Selon ‘Abdoullah Ben ‘Amrou El-‘Âs (RA), le Prophète Mouhammed (SAWS) a dit : « Le jeûne de trois jours par mois est comme le jeûne de tout le temps ». Hadîth rapporté par El-Boukhârî et Mouslim.

8. Le lundi et le jeudi de chaque semaine : Le Prophète Mouhammed (SAWS) était assidu sur ce type de jeûne en justifiant qu’il souhaite bien être en observation de jeûne, grand signe de dévotion, lors de l’exposition de ses œuvres à Allah (SWT), car les œuvres de tous les humains sont présentés à Allah (SWT) chaque lundi et chaque jeudi.

9. Une journée sur deux : Ce mode de jeûne de la vie est attribuable au Prophète Dâwoûd (AA). Il dénote la perfection humaine et l’expression du culte sincère et exclusif à Allah (SWT).